armoir.jpg (6035 octets)

Suite page: ETAT D'EXECUTION DES ACTIVITES 1999

carte.jpg (13229 octets)

1-3 - Activités réalisées par les comités de soutien et les personnes ressources

    1-3-1 - Activités réalisées par le comité de soutien des associations islamiques.

    Durant l’année 1999, le comité de soutien des associations islamiques a mené des actions de concertation et huit (08) séances de sensibilisation lors de certaines manifestations telles que le Mouloud , l’ouverture et la fermeture de certaines Medersa et mosquées.

Il a réalisé trente (30) sorties de sensibilisation et trois projection de film suivies de débats à Ouagadougou.

Le comité de soutien des associations islamiques de Bobo a réalisé des activités de sensibilisation lors des rencontres(Baptêmes, mariages).

Quatre mille six cent vingt (4620) personnes ont été touchées par les activités de sensibilisation , soit 78% des femmes et 22% des hommes;

Il a participé a deux séminaires et deux ateliers organisés par le CNLPE.

Il a eu également un entretien avec une consultante du projet GTZ sur l’état de la lutte engagée par le comité de soutien des associations islamiques.

Il faut souligner l’élargissement du comité par l’adhésion de l’UFIB ( Union des Femmes Islamiques du Burkina) et ANID ( Association Nationale Islamique pour le Développement) toutes déterminées et engagées à lutter aux côtés du comité de soutien pour l’éradication totale de la pratique de l’excision

    1-3-2- Activités réalisées par le comité de soutien des chefs traditionnels.

Le comité de soutien des chefs traditionnels a effectué des missions de supervision au niveau de leurs structures décentralisées.

Il ressort du rapport de la première équipe qui a effectué six sorties dans vingt quatre (24) provinces que :

Quelques provinces ont mis en place les comités provinciaux cantonaux et villageois ;

Dans certaines provinces, des comités de vigilance ont été créés ;

En outre , un engagement ferme des chefs traditionnels à lutter contre la pratique de l’excision a été constaté dans certaines provinces comme le Zoundwéogo et le Nahouri.

Au Nahouri, le comité de soutien à contribué à faire condamner une exciseuse à six mois de prison ferme.

Comme difficultés, le comité de soutien a relevé :

L’insuffisance de moyens financiers ;

Le manque de collaboration entre le comité de soutien et le comité provincial de lutte contre la pratique de
l’excision dans certaines provinces.

Le non engagement de certains chefs traditionnels dans la lutte : Cas de Sourou.

   1-3-3-Comité de soutien de l’hôpital Yalgado OUEDRAOGO

    Le comité de soutien de l’hôpital Yalgado OUEDRAOGO a mis l’accent sur la sensibilisation lors des visites générales du vendredi et la prise en charge des séquelles liées à la pratique de l’excision au niveau de la maternité. IL a animé trois (03) séances de sensibilisation à l’attention des accompagnants des malades.

   1-3-4- Comité de soutien de l’Hôpital SANOU Souro

    Le jeune comité de soutien de l’hôpital SANOU Souro effectivement installé au courant du mois de novembre 1999 a mené des causeries au niveau de la maternité, de la pédiatrie et du CREN. Il a rencontré une consultante de la GTZ pour un entretien

    1-3-5- Comité de soutien du Lycée Vénégré.

    Après la formation en IEC/excision, en mai 1998, les membres du comités de soutien ont réalisé des activités suivantes :

Organisation des journées de sensibilisation sur le thème « Vacances sans excision » ;

Animation d’émissions à travers la radio Arc-en-ciel ;

Projections de film ;

Représentation de théâtre - forum intitulé :«Le complot déjoué »

Causeries débats ;

Concours de poèmes et chants suivi de remise de prix  ;

Réalisation d’une enquête pour déterminer :

le taux de prévalence de la pratique de l’excision au niveau du lycée ;

le niveau de connaissance des élèves sur les méfaits de la pratique de l’excision .

Comme difficultés, il a été souligné :

Le changement d’établissement de certains élèves membres du comité de soutien ;

Les troubles scolaires.

Comme perpectives, le comité de soutien envisage mener d’autres activités avec le soutien du CNLPE.

1-3-6 - Activités réalisées par la communauté catholique

    La communauté catholique à travers les accompagnateurs CV -AV a mené des activités de sensibilisation après la formation en IEC/excision tenue à Ouagadougou du 22 au 26 mars 1999. Les activités ont eu lieu dans la paroisse Notre Dame de Kolgh - Naba à Ouagadougou et dans la paroisse saint Joseph de Gounghin à Koupéla. Plus d’une centaine de personnes ont été touchées.  167 CV-AV ont été formés par leur accompagnateurs déjà formés.

1-3-7- Activités réalisées par les femmes leaders des partis politiques.

    Les femmes leaders des partis politiques ont mené des activités de sensibilisation et d’information dans les provinces du Namentenga, Kadiogo, Kénédougou, et Yatenga.

1-3-8- Activités réalisées par l’association des tradipraticiens et herboristes « Wend Panga »

    Après la formation de 36 membres de l’association « Wend Panga » du 17 au 21 mai 1999 à Ouagadougou, les participants ont élaboré et exécuté une campagne de sensibilisation dans les secteurs 10 et 19 des arrondissements de Baskuy et Boulmiougou. Trois types d’intervention ont été utilisés pendant la campagne :

Le porte à porte ;

Les entretiens de groupes ;

Les Ciné - débats.

Au total 38 1217 personnes ont été touchées par la campagne de sensibilisation et une causerie.

1-4- Activités réalisées hors programme

    Le comité national a constamment été sollicité par des partenaires nationaux, régionaux et internationaux pour participer ou contribuer à la réalisation de certaines activités.

1-4-1- Participation à des séminaires et ateliers

* Au niveau National

Atelier de finalisation des plans d’action des régions de Fada et Tenkodogo dans le cadre de la   campagne multi-média, jeunesse et santé de la reproduction.

Lancement du sous - programme plaidoyer du programme Pays/FNUAP : 2 au 3 février 1999;

Atelier du projet Droits et citoyenneté des femmes en Afrique Francophone (DCF);

Session de formation nationale en plaidoyer /population et développement à Bobo Dioulasso du 12 au 23 avril 1999;

Lancement du projet composant : «Service à base communautaire » et amélioration de l’accès des femmes aux services de la santé de la reproduction à Tenkodogo ;

Atelier régional sur le thème « Pour une action concertée contre la pratique des MGF dans les pays membres de l’espace UEMOA » du 4 au 6 mai 1999 ;

Atelier d’élaboration de stratégies de lutte contre la pratique de l’excision par 35 femmes leaders de partis politiques du 8 au 10 juin 1999 à Ouagadougou;

Journées de concertation pour l’élaboration du rapport national Beijing +5 du 1er au 2 juin 1999 ;

Atelier de validation du rapport national sur Beijing +5 : 18 juin 1999 ;

Atelier d’évaluation du plan d’action national de la coalition du projet Droits et citoyenneté des femmes en Afrique Francophone et lancement du projet du 27 au 29 octobre 1999 ;

Atelier de formation en genre,Population et développement organisé par le Population Council ;

Atelier de finalisation du plan d’action national du projet   Droits et Citoyenneté des Femmes en Afrique Francophone : 26 octobre 1999 ;

Séminaire de sensibilisation de 25 leaders d’opinion de la province du Houet sur les questions de population (Démographie - PF-MST/Sida- CPF- Lutte contre la pratique de l’excision) du 19 au 22 juillet 1999 à Banfora province de la Comoé ;

Réunion de concertation pour la mise en œuvre des activités de Population Council ;

Retraite sectorielle des stratégies de l’UNICEF du 6 au 8 juillet 1999 ;

Séminaire de formation des responsables des ONG en conception , gestion évaluation dans le cadre du projet BKF/99/PO3/Population Council ;

Cours international de formation en recherche action organisé par la GTZ du 13 septembre au 2 octobre 1999 ;

Atelier de réflexion sur le protocole additionnel à la charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatifs aux droits des femmes : 14 au 16 septembre 1999 ;

Retraite sectorielle de l’UNICEF : 10 au 13 novembre 1999 ;

Atelier de validation des documents de l’analyse de la situation et des stratégies sectorielles du programme de coopération 2001 - 2005 entre le Burkina et l’UNICEF : du 2 au 4 décembre 1999 ;

Atelier de finalisation du rapport provisoire de l’étude sur le contexte légal en matière de santé de la reproduction au Burkina Faso le 11 septembre 1999 ;

Atelier de dissémination de résultats de recherches effectuées par Population Council sur les MGF : 22 décembre 1999 .

* Au niveau régional

Le comité national a participé aux séminaires , ateliers et rencontres suivants :

Formation organisée par le WILDAF sur le plaidoyer, centrée sur le protocole additionnel à la charte africaine des droits de l’homme et des peuples portant sur le droit des femmes à Accra au Ghana du 26 au 31 juillet 1999 ;

Atelier de synthèse des amendements sur le protocole additionnel à Abidjan en république de Côte d’Ivoire du 27 septembre au 2 octobre 1999 ;

Visites de terrain au Bénin - Sénégal -Mali du 10 au 19 mars 1999 ;

Mission sur la santé et les droits reproductifs des adolescents en Afrique francophone à Bamako du 21 au 25 août 1999 ;

Réunion régionale du groupe organisationnel sur les mutilations génitales féminines à Accra au Ghana du 21 au 26 août 1999;

Mission sur la santé et les droits reproductifs des adolescents en Afrique francophone à Dakar au Sénégal du 31 août au 4 septembre 1999 ;

Mission d’information sur la nomination de Madame Chantal COMPAORE comme marraine des comités nationaux du CI-AF, des pays membres de l’espace UEMOA et comme Ambassadrice du CI-AF du 28 au 30 octobre 1999 au Bénin ;

 

6éme conférence régionale africaine sur les femmes à Addis Abeba du 19 au 29 novembre 1999 ;

Rencontre régionale sur la convention CEDAW et les mutilations génitales féminines à Dakar du 5 au 12 décembre 1999 ;

Atelier inter-pays d’échanges sur les meilleures approches de lutte contre les mutilations génitales féminines en Afrique du 9 au 11 décembre 1999 à Hararé au Zimbabwé.

1-4-2-Rencontres de travail

Le comité National a eu des rencontres de travail avec :

Une consultante chargée de la formation en plaidoyer dans le cadre du projet FNUAP,

L’UNICEF et le Zonta Club de Ouagadougou, pour le démarrage des activités du projet CNLPE dans sept provinces (Kouritenga, Ganzourgou, Gnagna, Nanmentenga, Sanmentenga, Soum, Zoundwéogo) ;

Trois délégations d’associations du Niger dont :

L’Union pour la Promotion de la Femme Nigérienne (UPFN) conduite par OXFAM/QUEBEC Burkina sur la problématique des violences faites aux femmes et plus particulièrement celle de l’excision ;

DIMOL : pour échanges d’expériences et éventuelle collaboration ;

(COGAD/FEN) : Pour échanges d’expériences ;

Une mission de consultation Dano-Burkinabé où le bilan des activités financées par le Royaume de Danemark a été fait (à l’occasion, une appréciation positive des efforts du CNLPE par la délégation Danoise a été faite qui a promis de renforcer son appui financier) ;

Un journaliste danois dans le cadre de l’appui financier du Royaume de Danemark aux activités du 2ème plan d’action du CNLPE ;

Population Council sur la mise en œuvre du projet « frontière en Santé de la Reproduction » ;

Population Council et les partenaires de mise en œuvre du projet SBC/amélioration de l’accès des femmes aux services de santé de la reproduction ;

Le comité a participé aux rencontres du :

comité de pilotage du projet population et lutte contre le SIDA (PPLS) ;

groupe IEC/Population ;

commission nationale de lutte contre les discriminations faites aux femmes (CONALDIS) ;

commission IEC du Conseil National de la Population (CONAPO).

Au titre des rencontres statutaires le comité a tenu :

Trois (03) assemblées générales du CNLPE ;

Deux (02) réunions des membres du secrétariat Permanent ;

Deux (02) rencontres de concertation dont l’une à Ouahigouya du 2 au 3 novembre 1999 avec les directeurs régionaux du Ministère de l’Action Sociale et de la Famille et les rapporteurs des comités provinciaux et l’autre à Bobo - Dioulasso, du 27 au 28 décembre 1999 avec les Directeurs régionaux du MASF et les personnes ressources . Ces deux dernières rencontres s’inscrivent dans le cadre de la 2ème convention de financement danois 1999 -2000, entrée en application à partir de juillet 1999. L’exécution de la tranche de financement au titre de l’année 1999 a permis également d’acquérir des supports et matériel d’équipement :

3200 affiches; 3200 auto-collants;1000 brochures; 3000 dépliants;2000 tee-shirts; 39 groupes électrogènes;14 postes téléviseurs;14 magnétoscopes

I- DIFFICULTES

2 - 1 - Au niveau du comité national

    L’insuffisance des ressources financières reste la difficulté majeure du comité national.
La forte mobilisation suscitée a entraîné une augmentation de demande de financement à laquelle le comité ne pouvait faire face en totalité ; ce qui amène parfois des mécontentements et des incompréhensions.

2-2 - Au niveau des comités provinciaux

    Les difficultés soulignées au niveau provincial sont multiples et presque communes à toutes les provinces. Il s’agit entre autres de :

L’insuffisance ou manque de moyens financiers pour réaliser les activités

L’insuffisance de moyens matériels ( TV magnétoscopes pour les nouvelles provinces, groupes électrogènes , régulateurs de tension, amplificateurs pour toutes les provinces). Cette difficulté est presque aplanie car les TV , magnétoscopes , groupes électrogènes sont déjà acquis dans le cadre de la 2ème convention DANIDA, et les régulateurs de tension et amplificateurs sont entrain d’être négociés dans le cadre de la 2ème convention Pays - Bas ;

L’insuffisance de motivation et de conviction de certains membres des CPLPE ;

Le manque de formation en IEC/excision pour les nouvelles provinces ( en négociation avec Pays - Bas) ;

Le manque de véhicules ;

Les difficultés de mobilisation de la population à certaines périodes de l’année.

La persistance de certaines exciseuses formées à vouloir exercer toujours leur profession du Passoré qui présente son attestation de formation comme une autorisation lui permettant d’exciser légalement

III- Commentaires .

    Le niveau de réalisation est très appréciable au regard des résultats et l’impact constatés sur le terrain. A ce titre on peut noter :

Une prise de conscience grandissante de la population sur les méfaits de l’excision : 155 370 personnes environ ont été touchées par les activités de sensibilisation. Plusieurs personnes ont pris la résolution de ne plus faire exciser leurs filles et ont promis d’apporter leur contribution à la lutte. En outre , il a été souligné la croissance de la participation des hommes aux campagnes de sensibilisation dans certaines provinces (CF rapports de campagne de sensibilisation des CPLPE du Kénédougou et Yatenga) . Cependant, il convient de noter que le nombre de personnes touchées est en baisse par rapport à celui de l’année précédente compte tenu de l’insuffisance des ressources financières qui n’a pas permis de prendre en compte la majorité des projets de sensibilisation soumis par les structures de lutte.

Une disponibilité plus accrue des personnes ressources capables d’appuyer la lutte contre la pratique de l’excision : 402 personnes ont bénéficié d’un séminaire de sensibilisation tandis que 575 personnes ont été formées en IEC/excision. Les groupes cibles formés ont été identifiés sur la base de leur position sociale et la capacité de ces personnes à pouvoir mobiliser, convaincre et persuader leur public cible à adopter un comportement qualitatif. A l’issue de chaque session de formation les participants ont proposé des stratégies d’appui au comité national dont les plus importantes sont :

l’implication des griottes et dolotières pour la sensibilisation,

l’institution de la coupe « lutte contre la pratique de l’excision » ,

la création des comités de surveillance dans les secteurs,

le counseling à l’endroit des femmes ayant donné naissance à une fille,

l’insertion du volet excision dans le plan d’action des services de santé,

la vérification de la présence du clitoris à chaque consultation des fillettes ,

le suivi du déroulement des procès pour éviter les interventions en faveur des coupables ,

l’introduction de la sensibilisation sur la pratique de l’excision lors des cérémonies de mariage.

Comme acquis au titre des formations l’on peut souligner également la mise en place du comité de soutien de l’hôpital de SANOU Souro.

La réalisation du voyage d’étude en Guinée Conakry a permis au comité national, de tisser un véritable lien de partenariat et collaboration avec la CPTAFE. A ce titre les comités provinciaux du Kouritenga et du Houet ont été jumelés à l’antenne du comité de Labbé qui est une antenne du comité Guinéen ;

La reconnaissance du mérite du comité national à travers la nomination de Madame Chantal COMPAORE comme Marraine des comités nationaux des pays membres de l’espace UEMOA et Ambassadrice du CI-AF ;

L’atteinte d’une réputation et d’une crédibilité importantes du comité national qui est constamment sollicité sur le plan national et international.

 

AG00108_.gif (1629 octets)rapport 1999                      page plan rapports AG00050_.gif (1615 octets)