cartecnlpe_001.gif (45078 octets)

  Etat d'exécution des activités 1998

Image2.jpg (22045 octets)

     

                    Introduction

   Sur la base du travail abattu en 1997, 1998 se devrait d’être pour le comité national de lutte contre la pratique de l’excision, une année de renforcement des acquis sur le terrain et d’intensification des activités IEC. Mais, avec la fin des financements intervenue en septembre 1997, 1998 a été plutôt une année de transition au cours de laquelle tout en poursuivant ses activités de terrain , le Comité National s’est attelé à élaborer son deuxième plan d’action .

Grâce à l’appui constant de ses partenaires  le Comité National a pu atteindre les objectifs qu’il s’était fixé à savoir :

 
  • Mener des activités d’IEC sur le terrain ;
  • Former les personnes ressources en IEC/Excision ;
  • Assurer le fonctionnement du CNLPE et des CPLPE.

Le présent rapport fera le point des activités à travers le plan suivant :

  • I - Niveau de réalisation des activités programmées
  • II - Activités réalisées en hors programme
  • III - Activités réalisées par les personnes ressources
  • IV - Difficultés rencontrées
  • V - Perspectives.

 I - NIVEAU DE REALISATION DES ACTIVITES PROGRAMMEES

NIVEAU DE REALISATION

ACTIVITES PROGRAMMEES

REALISEES

PARTIELLEMENT REALISEES

EN COURS DE REALISATION

NON REALISEES

OBSERVATIONS
Activités d’IEC

-Causeries dans les secteurs, départements, et villages .

-Représentation théâtrale dans les provinces

 

 

-Réalisation d’un film sur l’excision

-Réalisation et diffusion de spots publicitaires

-Jeux radiophoniques

-Bal rétro

-Répiquage du théâtre forum intitulé " Yaab Guella " sur cassettes en trois langues nationales et en français

-Sponsoring d’un cahier d’apprentissage de l’écriture au CP1

-Sponsoring de la coupe du 8 mars

 

-Campagne de sensibilisation dans les paroisses, mosquées et temples

-Réalisation d’une chanson en fulfuldé et en français

-voyages d’études au Ghana et en Guinée

 

 

 

-Confection d’une cartographie sur l’excision

-Confection et diffusion de dépliants, auto-collants, et affiches

-Confection de gadgets publicitaires et supports d’animation

-Confection de glossaires

-Activités de plaidoyer en direction des leaders d’opinion , chefs coutumiers et religieux et responsables administratifs

Formation et séminaires de sensibilisation

-Formation en IEC/Excision des journalistes

-Formation en IEC/excision de 100 personnes ressources

-Formation en IEC/excision du personnel de l’Hôpital Yalgado OUEDRAOGO

-Formation des jeunes filles adolescentes aux méfaits de l’excision

-Recyclage de 300 membres des CPLPE

-Séminaire de sensibilisation des enseignants du primaire ,des directeurs et inspecteurs du primaire

-Séminaire de sensibilisation des exciseuses

-Séminaire de sensibilisation des femmes leaders des partis politiques

-Atélier de finalisation du deuxième plan d’action

Suivi - évaluation

- Sorties de suivi et supervision

-Rencontre de concertation entre le Comité National et les Comités Provinciaux de lutte contre la Pratique de l’excision

-Rencontre de concertation avec les Médecins

Fonctionnement et entretien

 

Prise en charge du personnel contractuel

-Acquisition de matériels bureautiques, carburant , lubrifiant

-Entretien logistique

-Appui aux comités provinciaux

-Subvention de thèse

Audit

 

 

 

 

X

 

 

 

 

 

 

 

X

 

X

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

X

 

X

 

 

 

 

 

 

 

 

 

X

X

 

X

 

 

 

 

 

 

X

 

 

 

 

 

 

 

X

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

X

X

 

X

X

X

X

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

X

 

 

 

 

X

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

X

 

 

X

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

X

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

X

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

X

 

X

 

 

X

X

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

X

 

 

 

 

 

 

X

X

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

X

 

X

 

 

 

 

X

X

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

X

 

 

X

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La pièce de théâtre est disponible ,

mais le repiquage sur cassettes est en attente de financement PPLS.

Le scénario est disponible, la finalisation du budget est en cours.

 

 

 

 

L’activité a été rétrocédée au Ministère de la Promotion de la Femme

Financement non acquis

 

 

Financement non acquis

Financement non acquis

Activité non réalisée au niveau des temples

 

 

Rupture du contrat avec la vedette

 

La visite du Ghana a eu lieu , celle de Guinée a été reportée pour la fin du 1er trimestre 99 (Campagne électorale en Guinée)

Inscrite pour mémoire. Les premiers contacts devraient être pris pour 1998

 

 

 

 

 

Financement non acquis

Financement non acquis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Financement non acquis

 

Activité remplacée par la formation des leaders d’opinion

Difficulté d’identification des exciseuses dans les zones concernées.

En instance en vue d’une concertation avec le comité des femmes leaders des partis politiques

 

 

 

 

L’activité a été suspendue en début novembre à cause de la campagne présidentielle

Financement non acquis

 

 

Financement non acquis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5 - Activités spécifiques réalisées au niveau des comités provinciaux

En plus des activités permanentes de sensibilisation , certains comités provinciaux ont mené des activités spécifiques suivantes :

  • La tenue d’un stand à l’occasion de la semaine nationale de la culture Bobo 1998 au Houet et au Noumbiel à l’occasion de la foire de Batié.
  • L’organisation d’une course cycliste au Kouritenga
  • La mise en place des comités départementaux et de 16 comités villageois par le comité provincial du Nahouri
  • 11 sorties pour cas d’excision dont :
    • 4 au Kénédougou ;
    • 3 au Houet ;
    • 2 à la Tapoa ;
    • 1 au Nahouri ;
    • 1 au Bazèga.
      • Identification de deux exciseuses au Kénédougou
      • Tenue de 5 réunions du CPLPE de la Comoé.

Commentaires

    Au cours de l’année 1998, le comité national et les comités provinciaux ont atteint un taux de réalisation de 48,51% des activités programmées .

Ce faible taux s’explique du fait que le comité national a travaillé en 1998 sur la base des reliquats des subventions du 1° plan d’action .

Cependant , ces activités essentiellement constituées d’activités d’IEC, ont couvert l’ensemble du pays . Ce sont :

  • 1084 causeries débats dans les secteurs des villes et campagnes ;
  • 544 ciné - débats ;
  • 11 émissions radiophoniques ;
  • 2 jeux radiophoniques.

Elles ont touché 792 960 personnes dont la majorité était des femmes et des jeunes , et ont permis de donner des informations à la population sur les méfaits de l’excision et sur les dispositions juridiques existantes en la matière .

Pour appuyer ces messages de sensibilisation , le comité national a confectionné des supports d’animation composés de :

 

  • 500 guides d’animation ;
  • 692 tee - shirts ;
  • 693 casquettes ;
  • 1153 pièces de pagnes ;
  • 2000 affiches ;
  • 3000 dépliants ;
  • 3127 auto - collants grand format ;
  • 4000 auto - collants petit format ;
  • La confection de 2 spots publicitaires dont l’un est sur le SOS /Excision .

Ces deux spots ont été l’objet de 200 diffusions chacun , télévisées et radiodiffusées

( radio Nationale , radio Horizon FM, radio Pulsar, radio Canal Arc - en Ciel et radio Energie).

Ces spots ont déclenché au niveau des populations un élan de solidarité à nos actions.

    En vue d’impliquer les différentes couches sociales dans la lutte contre la pratique de l’excision, 4 séminaires de sensibilisation et 18 séminaires de formation ont été organisés à l’attention des groupes socio - professionnels divers : enseignants, journalistes, responsables des associations féminines , accoucheuses villageoises , commandants de brigades et commissaires de police, jeunes, agents de santé, leaders d’opinions.

 

Les séminaires de sensibilisation ont touché environs 120 personnes et les formations en IEC/Excision 536 personnes .

 

  • 2 comités de soutien ont été mis en place à l’issue de ces sessions de formation : il s’agit du comité de soutien du personnel de l’hôpital Yalgado OUEDRAOGO, et du comité lycéen de l’établissement secondaire Vénégré.

Ces structures sont composées respectivement de 72 et 35 personnes.

Il est à noter qu’à l’issue de tous ces séminaires les participants proposent des recommandations et des stratégies dont les principales sont les suivantes :

  • l’application effective et sans complaisance des articles 380 à 382 du code pénal, portant interdiction des mutilations sexuelles féminines ; .
  • l’institutionnalisation d’une journée nationale ;
  • la formation des communicateurs en langues nationales pour mieux les impliquer dans la lutte ;
  • la création d’un réseau d’informateurs chargés de dénoncer les cas d’excision ;
  • la motivation des dénonciateurs (pour inciter les gens à dénoncer ) ;
  • l’introduction du thème de l’excision dans les programmes d’alphabétisation au profit des adultes ;
  • la mise à disposition des bibliothèques scolaires et des centres de lecture et d’animation scolaires (CLAC) de documents sur l’excision ;
  • le regroupement des jeunes filles non scolarisées autour d’activités socio économiques pour mieux les sensibiliser sur la pratique de l’excision ;
  • la sensibilisation de porte en porte en cas de besoin ;
  • l’implantation des panneaux publicitaires sur l’excision à l’entrée des villes ;
  • l’intégration du thème de l’excision au programme d’enseignement des écoles primaires , secondaires et professionnelles.

II - Activités réalisées en hors programme

Il s’agit à ce niveau d’activités diverses que le comité a pu développer avec les autres structures et ONG à travers des relations de partenariat et de collaboration.

II -1 Participation à des séminaires et ateliers

II-1- 1 Au niveau National

  • l’atelier de validation des sous - programmes pays FNUAP du 2 au 5 février 1998 à Ouahigouya ;
  • le séminaire de formation au contenu du code des personnes et de la famille du 9 au 14 février 1998 à Kamboinsé ;
  • l’atelier d’analyse institutionnelle de la DSF 25 au 26 Mars 1998 à Kombissiri ;
  • l’atelier de réflexion sur la pratique de l’excision organisé par la DSF du 27 au 29 avril 1998 à Ouagadougou ;
  • les travaux du 34ème Sommet de l’Organisation de l’Unité Africaine du 1er au 10 juin 1998 à Ouagadougou ;
  • le séminaire de sensibilisation des leaders d’opinions du Passoré sur les problèmes de population , organisé par le CONAPO du 7 au 12 juin 1998 à Ouahigouya ;
  • la revue à mi - parcours de l’UNICEF les 17 et 18 septembre 1998 à Ouagadougou ;
  • le séminaire de sensibilisation des femmes élues sur les problèmes de santé publique du 21 au 26 septembre 1998 à Ouahigouya ;
  • le séminaire de formation en genre et développement et droits des femmes organisé par le Ministère de la Promotion de la Femme du 28 septembre au 1er Octobre 1998 à Kaya ;
  • la revue à mi - parcours du PPLS du 12 au 14 octobre 1998 à Koudougou. 

 

II - 1- 2 Au niveau sous régional et international

  • La rencontre de travail initiée par RAINBO du 5 au 12 janvier 1998 à Bamako et Dakar ,
  • La conférence des Organisations Non Gouvernementales ayant des relations avec les Nations Unies à Kampala du 23 au 27 Février 1998 ,
  • Les journées de réflexion sur le thème "  promotion des droits des femmes dans l’espace francophone africain " à Bamako du 18 au 23 mai 1998 ,
  • La mission d’information sur le Conseil sous - régional à Niamey du 6 au 12 juillet 1998 ,
  • Le Symposium pour leaders religieux sur les Mutilations Génitales Féminines à Banjul du 18 au 25 juillet 1998 ,
  • L’atelier sur l’élaboration des supports de communication à M’BOUR du 27 juillet au 6 août 1998 ,
  • La mission d’information sur le Conseil sous - régional à Bamako du 11 au 15 août 1998,
  • La conférence de fin de projet RO/AT II à Dakar du 8 au 10 septembre 1998 ;
  • Le démarrage du projet droits et citoyenneté des femmes en Afrique Francophone à Bamako les 16 et 17 septembre 1998 ,
  • La consultation sur les Mutilations Génitales Féminines organisée par l’UNICEF à New York du 15 au 18 décembre1998.

Le comité national est membre de plusieurs structures; à ce titre il participe aux différentes rencontres de travail. Il s’agit  :

a) - Du comité de pilotage du PPLS : ce comité se réunit une fois par trimestre et a pour but d’examiner l’état d’avancement des activités des unités d’exécution afin de détecter les blocages et d’en trouver des solutions et d’étudier différents dossiers émanant des associations de développement .

b) - Du groupe IEC du PPLS : il a en charge le volet des activités d’IEC exécutées dans le cadre de ce projet . A ce titre le groupe a :

    • organisé et participé au lancement national de la campagne multi- média intitulée " jeunesse et santé de la reproduction " en janvier 1998 ;
    • tenu six rencontres pour la préparation de la campagne dans les régions sanitaires du Burkina.
 

c)- De la commission nationale de lutte contre les discriminations faites aux femmes (CONALDIS) du Ministère de la Promotion de la Femme. Cette commission est chargée du suivi de l’application des textes juridiques en faveur de la femme et de la fille , de l’élaboration des rapports globaux de situation destinés aux activités nationales et des Nations Unies. Depuis juillet 1998 , elle a tenu deux réunions auxquelles le comité a pris part.

d)- De la commission IEC du Conseil National de la Population (CONAPO). Elle est l’une des commissions spécialisées du CONAPO. Elle a organisé les manifestations entrant dans le cadre de la commémoration de la journée mondiale de la population célébrée le 11 juillet de chaque année.

Le comité a pris part également et de façon régulière aux réunions de cabinet qui se sont tenues deux fois par mois.

Le comité a été de même interpellé par les journalistes de nationalité étrangère pour des interviews aux fins de reportages écrits et filmés.

C’est ainsi qu’il a participé à 2 reportages dont l’un avec des journalistes LCI (France) à Tenkodogo (province du Boulgou ) et Barkoundouba (province d’Oubritenga) du 9 -10 décembre et l’autre avec les jounalistes TF1 (France ) à Toécé et Manga (province du Zoudwéogo) le 18 décembre 1998.

III - Activités réalisées par les personnes ressources

III - 1 -Les gendarmes

    Dans le cadre de l’implication des personnes ressources dans la lutte contre la pratique de l’excision, 15 brigades de gendarmerie de onze provinces où le taux de la pratique de l’excision est élevé ( Kadiogo, Oubritenga, Sanmentenga, Mouhoun, Poni, Léraba, Kénédougou, Comoé, Houet, Kossi, séno ) ont mené une campagne de sensibilisation du 6 janvier au 26 mars 1998 .

Cette campagne avait pour objectifs de : 

  • sensibiliser les populations sur les méfaits de la pratique de l’excision ;
  • expliquer le contenu de la loi portant interdiction des Mutilations Génitales Féminines ;
  • recueillir les avis et propositions des populations par rapport à l’interdiction de l’excision ;
  • intervenir en cas de piste sérieuse et recenser les exciseuses des différentes localités.

A travers cette campagne , 22 gendarmes ont réalisé :

  • 352 causeries et ciné - débats dans les casernes à l’attention des gendarmes et militaires ;
  • 180 patrouilles dont ont bénéficié les hommes , les femmes les jeunes des secteurs et villages des provinces concernées par la campagne.

III - 2 - Le comité lycéen de Vénégré

Suite à la formation en IEC/Excision au mois de mai 1998, les élèves du Lycée Vénégré ont mis en place un comité lycéen de soutien au CNLPE .

Ce comité , au nombre de 35 membres et composés de 30 élèves et de 5 professeurs, a initié en collaboration avec la direction du Lycée des activités intitulées " Vacances sans excision ".

L’objectif principal des activités était de sensibiliser le maximum d’élèves sur les méfaits de l’excision afin que ceux - ci à leur tour puissent sensibiliser leurs camarades , frères , soeurs , parents, pendant les vacances , période propice à la pratique de l’excision.

Le comité a réalisé les activités suivantes :

  • 5 causeries - débats ;
  • 5 ciné - débats ;
  • la réalisation d’une pièce théâtrale avec deux représentations ;
  • 1 concours de poésie et de nouvelles sur l’excision ;
  • 1 jeu radiophonique ;
  • 1 chanson en français.

III - 3- Le comité de soutien des associations islamiques

Ce comité de soutien est un regroupement d’associations islamiques créé en avril 1996 . Au titre de l’année 1998 il a :

  • tenu des rencontres périodiques qui ont permit de renforcer le travail et de décentraliser certaines activités de lutte contre la pratique de l’excision ;
  • pris part au symposium sur les Mutilations Génitales Féminines (MGF) à Banjul (Gambie) du 20 au 23 juillet 1998 ;
  • restitué les travaux du symposium sur les MGF le 31 août 1998 ;
  • eu un entretien avec une consultante de l’UNICEF en novembre 1998 ;
  • participé à un reportage écrit et filmé avec la chaîne TF1 en décembre 1998.

III - 4 La communauté catholique

    En mars 1997, le CNLPE a organisé une session de formation en IEC/Excision au profit des délégués des diocèses du Burkina.

A l’issue de la formation un programme d’activités a été conçu dont une partie a été exécutée en 1997. La dernière phase a été mise en œuvre en 1998. Il s’agit des sorties de sensibilisation .

Cette activité qui, avait pour objectif de sensibiliser les paroissiens après les messes sur les méfaits de la pratique de l’excision , a touché les paroisses de Saaba, Guillougou, Donsé, Manga, Pô, Tanghin -Dassouri, et Kombissiri.

III - 5- Les chefs coutumiers et traditionnels

    Au titre de l’année 1998 , le comité de soutien des chefs traditionnels a programmé deux activités à savoir :

  • la poursuite de la mise en place des comités provinciaux et cantonaux commencée en 1997;
  • la supervision et l’évaluation des activités des comités provinciaux et cantonaux.

Par rapport à la mise en place des comités provinciaux et cantonaux, à ce jour quarante deux (42) provinces sur quarante cinq (45 ) ont pu créer leur comité de soutien et quatre cent cinquante quatre (454) comités cantonaux ont vu le jour dans ces 42 provinces.

A l’issue de l’installation des comités de soutien cantonaux , on constate que les résultats sont satisfaisants . Le message a été bien reçu et les chefs réitèrent leur engagement à mener la lutte jusqu'au bout. Le manque de moyens matériels et financiers a été évoqué.

La supervision et l’évaluation qui constituent la seconde partie des activités n’ont pas pu être exécutées à cause des divers événements (CAN 1998, Sommet de l’OUA, élections présidentielles) .

IV- Les difficultés.

Les difficultés majeures auxquelles le comité a été confronté en 1998 sont d’ordre structurel et financier .

IV -1 Difficultés d’ordre structurel

    Le local affecté au comité, composé de trois bureaux s’est avéré étroit avec l’évolution de ses activités. En effet, ce local est devenu un magasin de stockage des différents matériels et équipements réceptionnés ; ce qui rend les conditions de travail particulièrement difficiles.

VI - 2 - Difficultés d’ordre financier

    1998 étant considéré comme une année de transition ( fin du premier plan d’action et élaboration du 2° plan d’action ) les activités réalisées , l’ont été pour la plupart sur la base de reliquat de financement du premier plan d’action ; ce qui n’a pas permis d’atteindre un taux de réalisation satisfaisant.

Cette situation s’est déteinte au niveau des comités provinciaux qui tirent leur source de financement du comité national.

V - Les Perspectives

Le comité national compte pour l’année 1999 :

  • poursuivre les activités d’IEC sur le terrain ;
  • renforcer la compétence des membres du comité national, des comités provinciaux et des personnes ressources ;
  • réaliser des recherches sur la pratique de l’excision afin de disposer des données sur la pratique de l’excision qui manquent crucialement au comité ;
  • assurer le fonctionnement du comité national, des comités provinciaux , et des structures relais ;
  • effectuer des voyages d’études inter - comités nationaux et provinciaux ;
  • suivre et évaluer les activités de lutte contre la pratique de l’excision sur toute l’étendue du territoire national.

CONCLUSION

La modicité des moyens ainsi que les difficultés rencontrées n’ont pas du tout entaché l’engouement des différents acteurs intervenant dans la lutte contre la pratique de l’excision.

Le comité national de lutte contre la pratique de l’excision a enregistré un taux appréciable de réalisation de ses activités .

La mobilisation sociale entreprise s’est traduite par :

  • l’agrandissement du cercle des sympathisants de la lutte à travers la création de 2 comités de soutien ;
  • l’adhésion de nouvelles personnes ressources ;
  • le dépôt de couteaux par certaines exciseuses en milieu rural et leur reconversion comme membres des structures
    provinciales de lutte et en animatrices.
  • Et enfin la disponibilité renouvelée des partenaires du comité national.

 

                         AG00108_.gif (1629 octets)précédente