Les activités du Secrétariat 


Présentation

Historique

Organigramme

Publications

Album photo

Dépêches

 

  Dans sa démarche opérationnelle de lutte contre la pratique de l’excision le comité national a adopté la sensibilisation comme méthode privilégiée en raison du fait que la majorité de la population méconnaît les méfaits de l’excision.

    Pour convaincre le maximum de personnes des dangers et du non fondement de la pratique de l’excision, les structures de lutte ont mené les activités suivantes :

·        De sensibilisation;

·        De formation;

·        De plaidoyer / Lobbing;

·        De suivi-évaluation – supervision ;

·        De recherche.

1- Les Activités de sensibilisation

La sensibilisation a touché plus de 4 750 000 personnes soit environ 46 % de la population. Elle couvre les quarante cinq (45) provinces et concerné un public varié; leaders d’opinion, populations pratiquantes, jeunes des secteurs formel et informel, scolaires, victimes de l’excision, exciseuses, population urbaine et rurale ; cette sensibilisation a utilisé plusieurs canaux et moyens de communications : radio – télé – film – animation de stands – causeries – débats – conférences débats, articles de presse etc…..


 
2- Les activités de formation

Le comité national de lutte contre la pratique de l’excision a formé 1747 personnes en IEC/Excision, ces formations avaient pour objectifs de permettre aux bénéficiaires de maîtriser l’information et l’éducation des groupes cibles et à risque, concernant l’excision.

Plusieurs catégories de personnes ont bénéficié de ces formations :

Membres du Comité National et des Comités Provinciaux de Lutte contre la Pratique de l’Excision, Chefs Coutumiers et Traditionnels, Responsables Religieux (Musulman – Catholique – Protestant), Agents sociaux et de santé Enseignants, Agents de presse, Jeunes , Gendarmes et Agents de Police, Femmes Leaders des Partis Politiques, Responsables Administratifs, Responsables d’associations Islamiques, Responsables des diocèses et des Pasteurs.


Activité de sensibilisation des jeunes par des jeunes formés

 

Ces sessions de formation ont permis d’accroître le nombre de personnes relais chargées d’appuyer les actions de sensibilisation à la base.

Tous ces groupes ont élaboré des stratégies d’appui aux activités de sensibilisation du Comité National. A titre d’exemple nous ne retiendrons que les stratégies de quatre groupes à savoir :

·        les chefs coutumiers et traditionnels;

·        les responsables des associations islamiques;

·        les jeunes du lycée Vénégré

·        les Gendarmes.

a) Les chefs coutumiers et traditionnels

Après les séminaires de formation des chefs coutumiers et traditionnels en IEC/Excision, ceux-ci se sont engagés à soutenir le Comité National de Lutte contre la Pratique de l’Excision par la mise sur pied d’un comité de soutien. Ce comité mène la sensibilisation à travers tous le pays par le biais de ses structures décentralisées (Comités Provinciaux, Cantonaux et Villageois).
Formation des chefs coutumiers

b)Les responsables des associations islamiques

Le Comité de soutien des associations islamiques mène la sensibilisation dans les mosquées et autres lieux publics à travers tout le pays avec l’appui de 205 prêcheurs qui ont reçu une formation en IEC/Excision.

c) Les jeunes du lycée Vénégré

Le Comité de soutien des élèves du Lycée Vénégré, composé de 30 élèves, a mené une grande campagne de sensibilisation dénommée « Vacances sans Excision » à l’attention de leurs camarades du Vénégré et ceux du Lycée Provincial de Kombissiri.

Au cours de cette campagne, le comité de soutien en collaboration avec la direction, a mené une enquête au sein du lycée sur le taux de prévalence de la pratique de l’excision des élèves du premier cycle ; il ressort de cette enquête que le taux de prévalence est de 63 %.

Outre cette enquête, le comité de soutien a organisé des cinés et causeries débats, des représentations théâtrales, des concours de poésies, de nouvelles et des jeux concours radiophoniques.

Cette campagne qui a concerné au moins 8000 jeunes du Lycée Vénégré de Ouagadougou et du Lycée Provincial de Kombissiri a été un succès vu la forte mobilisation lors des activités.

Après la campagne, chaque membre du comité de soutien a continué la sensibilisation pendant les vacances dans son milieu (quartier – secteur – village) à l’endroit des jeunes du secteur formel ou informel.

d) Les gendarmes

Chargés de l’application des textes par la Loi, les gendarmes dans leur stratégie ont privilégié la vulgarisation de la loi réprimant l’excision au Burkina Faso, par l’organisation des causeries débats, et la réalisation de patrouilles de dissuasion. Les brigades de Gendarmerie, procèdent à l’identification et au recensement des exciseuses pour la constitution d’un fichier d’exciseuses par province.

3- Les activités de plaidoyer / Lobbying

Conscient de la difficulté de la tâche au regard de la délicatesse du sujet, le Comité National a mis un accent particulier sur les activités de plaidoyer et de lobbing, ce qui a permis de susciter l’adhésion des autorités politiques, administratives, religieuses et coutumières ainsi que des partenaires au développement, la prise de mesures administratives, juridiques et l’important appui financier des partenaires au développement pour les activités du plan d’action.

    3-1- Suivi – Evaluation – Supervision

Le suivi des activités aussi bien au niveau central que décentralisé s’est fait à travers les assemblées générales du Comité National et des Comités Provinciaux de Lutte contre la Pratique de l’Excision.

Ces rencontres permettent de faire le point sur les activités réalisées pendant une période donnée. Les difficultés rencontrées sont débattues et des perspectives dégagées pour la poursuite des activités.

L’évaluation a surtout porté sur le fonctionnement de la structure, les rapports avec les Comités Provinciaux et avec les partenaires ; ce qui a permis de déceler les performances et les insuffisances donnant lieu à des corrections et parfois à des réorientations dans différents rapports de collaboration.

La supervision a touché toutes les quarante cinq (45) provinces. Elle permet de recenser les difficultés, les doléances, et à formuler des propositions de solutions adaptées à chaque situation.

   3-2- La Recherche

L’action du Comité National de Lutte contre la Pratique de l’Excision dans ce domaine a consisté à apporter un appui à un certain nombre d’études sur l’excision : Thèses de doctorat en médecine de l’Université de Ouagadougou – mémoire de maîtrise en sociologie, mémoire pour l’obtention du diplôme du CIERRO Niveau II en radio rurale, mémoire de fin de cycle à l’ENAM , contribution à la réalisation d’une enquête Nationale sur la Pratique de l’Excision.

Les résultats - Les attributionsLes difficultés - Les perspectives - La conclusion

                                                            
                                                   AG00108_2.gif (1629 octets)Page plan de rapports

Rompre le silence en témoignant.